Première séance du séminaire général du PRITEPS 2014-2015 : « Acteurs, Actrices », le mardi 4 novembre, à 18h00

PRITEPS2014-2015_Page_1Crédits photo : Qu’est-ce que tu deviens ? Aurélien Bory / Photo © Aglaé Bory

Le séminaire général du PRITEPS sera, pour sa première séance, consacré à L’ACTRICE.

Le 4 novembre à 18h, nous nous réunirons à la bibliothèque Ascoli  en Sorbonne autour de Florence Filippi et de Muriel Pécastaing-Boissière.

 Florence Filippi : Emergence du vedettariat théâtral sur la scène française (XVIIIe-XIXe siècles)

L’émergence du vedettariat théâtral permet de reconsidérer les logiques qui président à la production du spectacle vivant en France à partir de la fin du XVIIIe siècle. L’analyse des supports scripturaires (littérature critique, biographies et autobiographies), et des modes de représentation iconographique de l’interprète, révèle les stratégies d’accession à la visibilité et à la renommée. Un examen systématique des carrières théâtrales montre que les modes de reconnaissance de l’acteur doivent être considérés comme des productions culturelles, répondant à certains impératifs économiques et politiques, corollaires de valeurs sociales et de normes de genre.

La caractérisation des pratiques, via l’examen de quelques parcours remarquables (comme ceux de Lekain, Mlle Clairon, Talma, Frédérick Lemaître, Rachel ou Sarah Bernhardt), permet aussi de repenser certains topoï constitutifs des mythographies d’acteurs (comme la notion de tempérament artistique ou celle de génie), et de voir dans quelle mesure ils ont pu déterminer l’élaboration de traités et de théories du jeu conçus comme exemplaires.

On tentera également de comprendre comment le vedettariat a pu provoquer pour partie le surgissement d’une nouvelle figure d’autorité dans le champ théâtral, celle du metteur en scène, tendant progressivement à brider la suprématie de l’interprète. Comment interpréter cette volonté d’enrayer le pouvoir des vedettes, lors même que nombre d’entre elles ont largement contribué aux innovations dramaturgiques et scénographiques de leur temps ?

Florence Filippi est maître de conférences en Etudes théâtrales à l’Université de Poitiers. Ses recherches portent principalement sur les mythographies d’acteurs au XIXe siècle, et s’intéressent également à la contribution des interprètes au processus d’écriture dramatique et à l’émergence de la mise en scène sous la Révolution et l’Empire.

Muriel Pécastaing-Boissière : Les Actrices victoriennes : entre marginalité et conformisme

La place de l’actrice dans la hiérarchie sexuelle et sociale victorienne est tout à fait déroutante pour ses contemporains, car son métier la situe en-dehors des schémas reconnus et acceptables : le théâtre lui permet d’accéder à l’indépendance financière et parfois décisionnelle, mais tout en acceptant d’être possédée par le regard de spectateurs à qui elle abandonne, selon les critères victoriens, pudeur et respectabilité. L’histoire de l’actrice victorienne, de son statut et de son art, est en grande partie celle de sa lutte contre des préjugés qui font d’elle une marginale. Le choix, parfois tactique, parfois sincère, du conformisme social lui a permis d’améliorer sa réputation, ainsi que la perception du théâtre en général, mais souvent au prix de la qualité de l’art dramatique lui-même, et, ironiquement, de son statut au sein de la profession.

Muriel Pécastaing-Boissière est  maître de conférences à l’université  de Paris-Sorbonne. Elle est l’auteur de Actrices victoriennes: entre marginalité et conformisme (Paris : L’Harmattan, 2004), et a publié de nombreux articles sur leur statut social. Son domaine de recherche actuel porte sur les liens entre le féminisme, le socialisme et le renouveau spirituel de la fin de l’époque victorienne et de l’époque édouardienne. Elle se concentre principalement sur Annie Besant (1847-1933), mais aussi sur Florence Farr (1860-1917). Sa biographie Annie Besant : la lutte et la quête paraîtra aux Editions Adyar fin 2014.

 

Calendrier des séances à venir:

18 novembre 2014, 2 décembre 2014, 10 février 2015, 10 mars 2015, 14 avril 2015, 2 juin  2015

Les séances du séminaire se déroulent toujours à 18 :00, à la bibliothèque Georges-Ascoli en Sorbonne (escalier C, 2ème étage)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search