JOURNEE DES DOCTORANTS

Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée des doctorants PRITEPS-Initiative Théâtre qui se déroulera  le 16 Juin 2022  en Serpente en D224. 

 

`

Sorbonne Université – PRITEPS & Initiative Théâtre
Programme de Recherche Interdisciplinaire sur le Théâtre et les Pratiques Scéniques

Journée des doctorants
Programme
16 Juin 2022 – Serpente en D224


11h30 | Ouverture de la journée
Bilan des activités de l’Initiative Théâtre
Présentation des doctorants
12h00 | Apolline PONTHIEUX ~ Évolution du système des emplois à la Comédie-Française (1799-1913).
12h30 | Emilie GAUTHIER ~ Le Romantisme théâtral à la Comédie-Française (1812-1851).
13h00 | Déjeuner libre
14h00 | John DELSINNE ~ La pyrotechnie dans les scènes de bataille à la période élisabéthaine.
14h30 | Aida ČOPRA ~ La commedia dell’arte dans le théâtre contemporain : Carlo Boso et l’art de la comédie.
15h00 | Kamila MAMA-
NAZARBEKOVA ~ L’angoisse nucléaire dans la dramaturgie britannique ultra-contemporaine
15h30 | Pause
15h45 | Assemblée générale du Priteps & de l’Initiative Théâtre
17h30 | Coktail de fin d’année


Présentation des intervenant.e.s

Apolline Ponthieux – dir. Florence Naugrette (Sorbonne Université) et Jean-Claude Yon (CNRS)
Sujet de thèse : “L’évolution du système des emplois à la Comédie-Française, de 1799 à 1913.”
Il s’agit d’une thèse d’histoire théâtrale et d’histoire de l’institution, mes recherches s’appuient essentiellement sur les différents documents conservés aux archives de la Comédie-Française.
Résumé de l’intervention : « Évolution du système des emplois à la Comédie-Française (1799-1913) »

Le XVIIIe siècle voit la fixation progressive d’une grille d’emplois, c’est à dire de catégories de rôles qui permettent de distribuer plus efficacement les pièces du répertoire entre les comédiens d’une troupe. On affirme habituellement que le romantisme, par le “mélange des genres” qu’il opère, fait voler en éclats cette grille d’emplois en mettant en scène des personnages qui ne correspondent plus aux types classiques. Mais la pérennité de la notion d’emploi dans l’administration de la Comédie-Française jusqu’au début du XXe siècle invite à considérer d’autres facteurs pour expliquer son effritement progressif. Ma thèse propose donc d’envisager la notion d’emploi sous un empan chronologique suffisamment large (1799-1913) pour en apprécier la fixation, l’évolution et la fragilisation au Théâtre-Français, et d’interroger les différentes raisons (institutionnelles, conjoncturelles, esthétiques) qui ont conduit à son abandon officiel et officieux.


Emilie Gauthier – Contrat IT, dir. Florence Naugrette et Sophie Marchand.
Sujet de thèse : “Le Romantisme théâtral à la Comédie-Française (1815-1851)”
Résumé de l’intervention : « Le Romantisme théâtral à la Comédie-Française 1812-1851 ».

Depuis une vingtaine d’années, sous l’impulsion de chercheurs comme Florence Naugrette, Claude Millet ou Patrick Berthier, la périodisation du romantisme théâtral s’est transformée : elle ne se borne plus au triomphe de la bataille d’Hernani de 1830 et à la prétendue chute des Burgraves de 1843. Le cheminement du romantisme théâtral excède largement cette courte période, certes utile pour l’histoire littéraire, mais réductrice au regard des nombreuses influences qui jalonnent ce courant esthétique : du drame bourgeois au mélodrame en passant par le spectacle de variétés, le romantisme au théâtre s’exprime dans des genres arlequins de diverses influences cousues ensemble. Refoulé dans le vulgaire duspectacle à sensation, le romantisme semble en effet faire une entrée tumultueuse sur la scène de la Comédie-Française le 25 février 1830, une entrée qui deviendra un véritable mythe sous la plume de Théophile Gautier ou d’Alexandre Dumas. Cependant, le romantisme théâtral s’emparait déjà des planches de la Comédie-Française au début du XIXe siècle et dépasse bien le « Waterloo du drame romantique » selon l’expression de Maurice Levaillant. En effet, si la Comédie-Française est souvent perçue comme une scène de consécration, elle n’en n’est pas moins un laboratoire d’innovation esthétique.
Au terme de ma première année de doctorat, mes recherches dans les archives de la Comédie-Française m’ont permis d’appréhender les prémisses d’une esthétique romantique sous la Restauration puis sous la monarchie de Juillet : les années 1820 voient fleurir les drames historiques et les mises en scène somptueuses, les créations collectives et les pièces d’inspiration européenne, mais aussi les fours et les succès belliqueux. L’étude des dossiers des comédiens et des administrateurs du théâtre informent la réception du romantisme théâtral à la Comédie-Française : les protestations le plus véhémentes n’écartent pas la jeune littérature d’un théâtre en proie aux dettes. Talma mourant, c’est toute la tragédie que l’on enterre avec lui : la Comédie-Française a donc besoin d’un autre genre pour pallier la désertification de sa salle. Entre un apparent déclin du jeu des acteurs-français, une banqueroute latente et un chambardement administratif, tout vient alimenter le terreau d’une jeune littérature qui n’attend qu’une salle de consécration pour s’enraciner.

L’objectif est de présenter l’aboutissement d’un an de recherche en archives et de développer les axes suivants :
-Présentation du corpus : les créations de la Comédie-Française (1812-1851), miroir de l’évolution du répertoire
-Présentation des différentes sources d’archives et des hypothèses qui en découlent
-Présentation d’une série de manuscrits : « les notes sur les représentations du Théâtre-Français (1825-1830) », journal quotidien d’un spectateur de la Comédie-Française

 

John Delsinne – Contrat IT, dir. Line Cottegnies
Sujet de thèse : “La représentation des batailles dans les Henriades de William Shakespeare.”
Résumé de l’intervention : « La pyrotechnie dans les scènes de bataille à la période élisabéthaine. »

Cette communication se propose de faire l’inventaire des techniques pyrotechniques à la disposition de Shakespeare et ses contemporains et de montrer la présence – ou l’absence – de ces dispositifs et machines à effets spéciaux dans leurs pièces historiques. Nous verrons que les dramaturges n’exploitent pas l’immense potentiel pyrotechnique dont ils disposent, manifestement inadapté pour les théâtres construits en bois et coiffés d’un toit de chaume, au profit de certains effets moins dangereux. Cette intervention s’intéressera à l’influence des techniques sur l’esthétique.


Aida Čopra – dir. Andrea Fabiano
Sujet de thèse :“ La commedia dell’arte dans le théâtre contemporain : Carlo Boso et l’art de la comédie.”
Résumé de l’intervention : « La commedia dell’arte dans le théâtre contemporain : Carlo Boso et l’art de la comédie. »

La présente communication a pour objectif de représenter les aspects de la Commedia dell’Arte dans le théâtre contemporain. Nous examinerons la dramaturgie et la mise en scène de Carlo Boso* afin d’exemplifier les principales approches de la récupération d’une tradition du passé. Donc, le but est de voir quels éléments constitutifs du phénomène historique de la Commedia dell’Arte sont présents dans le théâtre contemporain, comme par exemple : la structure d’une compagnie, le travail collectif, la composition des canevas / le travail sur le théâtre non écrit, la construction des personnages et leur jeu, l’invention et la réutilisation des masques, le lieux des représentations.

*Carlo Boso, metteur en scène, producteur et enseignant, et fondateur de l’Académie Internationale Des Arts du Spectacle (AIDAS).


• Kamila Mamadnazarbekova – Contrat IT, dir. Elisabeth Angel-Perez (Sorbonne Université) et Anna Street (Le Mans Université))
Sujet de thèse : “Landscape theatre : autour du concept de nature sur scènes britanniques du XXIe siècle”
Résumé de l’intervention : « L’angoisse nucléaire dans la dramaturgie britannique ultra-contemporaine ». »

Depuis la fin du deuxième conflit mondial et l’annihilation de Hiroshima et Nagasaki, le monde vit sous la menace nucléaire. L’introduction de la bombe H démontre que l’humanité, pour la première fois dans son histoire, peut provoquer une extinction de masse. Certains chercheurs ont établi un lien entre la bombe atomique et la naissance de la conscience écologique en art. Le cas de la littérature dramatique britannique mérite une attention particulière. On y observe un fil qui relie des écoles, des tendances, des mouvements divers entre eux et dont le dénominateur commun serait l’attention portée au risque d’une apocalypse thermonucléaire. Le critique contemporain Carl Lavery, par exemple, a argumenté que le théâtre de l’absurde de Becket et Ionesco contient d’emblée une esthétique antinucléaire. Une sensibilité similaire, mais déclinée sous un mode marxiste et féministe, se trouve dans les oeuvres des compagnies indépendantes britanniques des années 1980, comme Joint Stock Theatre Company (Fire in the Lake par Karim Alrawi), Gay Sweatshop (Poppies de Noël Greig) or Women Theatre Group (Pax par Deborah Levy).
Aussi, la question de la peur de l’atome est-elle plus large que le seul nucléaire militaire. Elle investit la perception du nucléaire dans l’immaginaire national. Le chercheur Robert Harrys parle à ce propos d’une « La culture britannique du nucléaire ». Celle-ci se développe notamment autour de l’imaginaire de indépenance et de l’insularité, mais elle reprend et réinvente aussi l’ancien imaginaire colonial. D’un côté elle est présente dans les discussions autour de la transition écologique. D’autre part, tout comme la culture pétrochimique, l’industrie nucléaire transforme les paysages et le rapport à la ruralité, façonnant en retour un certain type de mélancolie et d’anxiété liées à la perspective d’habiter sur les ruines de la civilisation nucléaire. Plusieurs textes dramatiques britanniques d’aujourd’hui illustrent l’étendue et la complexité de cette culture britannique du nucléaire. Comme, par exemple, Further then the furthest thing (2000) par Zinnie Harris ou Outlying Islands (2002) de David Greig. La catastrophe nucléaire comme point culminant de la destruction de masse de la planète est mise en scène dans Sand (2013) de Nick Gill, le texte qui projette les explosions de l’échelle de Hiroshima et Nagasaki sur les villes britanniques, et qui décompose la syntaxe en particules élémentaires sous l’onde-choc. L’injustice géographique et générationnelle du nucléaire est exposée dans The Children (2017) par Lucie Kirkwood. Oil (2016) par Ella Hickson se termine sur une scène futuriste qui compte un outil domestique de la fusion nucléaire, ce qui signifie aussi la fin de la domination britannique, voir occidentale, sur la civilisation carbonique et pétrochimique.
Dans le contexte de cette étonnante rencontre entre théâtre nucléaire et décolonial, il est intéressant de relire la théoricienne majeure du nouveau matérialisme féministe appliqué à la physique quantique, Karen Barad. Barad a proposé le terme du « colonialisme nucléaire » pour décrire les tests atomiques sur les îles Marshall ; elle considère la solidarité avec toutes populations indigènes en face aux industries nucléaires en termes du « refus de l’hospitalité radicale » comme un geste décoloniale qui nous permet de appréhender la notion de la fin du monde et d’envisager de vivre et de mourir autrement dans le monde d’après.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search