Retour des retours : en avant Molière !

Ce colloque, Retours sur Molière, fut l’occasion de pérégrinations tant physiques qu’intellectuelles : de la Sorbonne à Chantilly, de la BnF à la Comédie-Française, mais également d’un siècle ou d’un continent à l’autre, et d’un auteur à ses lecteurs, autant de détours qui, sans faire le tour du sujet, nous permirent d’admirer les atours de ce si grand auteur !

Notre voyage commença à la Sorbonne par l’introduction en duo de Bénédicte Louvat et Georges Forestier qui résumèrent le projet de cette première journée de colloque avec l’image très moliéresque du « Molière dans son jus », c’est-à-dire au temps de ses créations. Sandrine Berregard, Bénédicte Louvat et Jocelyn Royé nous invitèrent dans des allers-retours de la scène au livre et de l’interprétation à la création. A leur suite, Christophe Schuwey, Hélène Billis et PiermarioVescovo poursuivirent ce travail en replaçant Molière dans son contexte politique (d’émergence de l’absolutisme) et économique (de concurrence théâtrale). Durant l’après-midi, Agathe Sanjuan présenta les registres transmis par la Comédie-Française et Céline Candiard évoqua la question de la distribution des rôles dans la troupe du Palais Royal. Enfin, la journée se finit par les interventions d’Anthony Saudrais, de Dominique Lauvernier, de Matthieu Franchin et du chorégraphe Hubert Hazebroucq. Chacun, de la scénographie à l’architecture et de la musique  à la danse, rappela la dimension physique et incarnée du théâtre, a fortiori de celui de Molière.

Changement de cadre le lendemain pour ce colloque – jeu de piste : la Comédie-Française accueillit en effet la deuxième journée de travaux, qui opéra le basculement du Molière historique au Molière objet du discours critique. Après que Philippe Cornuaille et Marc Escola nous eurent entretenu des illustrations de l’œuvre de Molière et du mal aimé Dom Garcie de Navarre, trois interventions, celles d’Emmanuelle Mortgat-Longuet, de Marine Souchier et de Fabrice Chassot montrèrent comment s’opéra, et au prix de quels infléchissements ou réévaluations, la première classicisation du comédien-poète.

Par ailleurs, la journée fut ponctuée d’événements plus festifs. C’est d’abord à la mi-journée que nous avons pu observer une exposition de tableaux de Molière dans l’escalier d’honneur de la Comédie-Française, avec les explications d’Agathe Sanjuan, conservatrice, archiviste-paléographe à la direction de la bibliothèque-musée de la Comédie-Française. Nous ont ainsi été présentés des tableaux représentant Jean-Baptiste Poquelin, des comédiens de sa troupe en tenue de scène, des fêtes à Versailles, ou encore des toiles dévoilant des représentations théâtrales des pièces de Molière.

De retour sous la coupole du théâtre, notre sens critique fut comme aiguisé par les lectures que d’autres écrivains proposèrent, dans leur œuvres, de notre dramaturge. Jean  de Guardia, Stéphanie Genand et Mariane Bury traitèrent respectivement des lectures de Cailhava, un néo-classique idolâtre de Molière, Germaine de Staël dont le goût comique fut sous-estimé et George Sand qui écrivit un Molière, drame social et révolutionnaire ! Enfin, Louise Moulin nous détailla les enseignements d’un fonds d’archives américain riche de documents du XIXe siècle.

La journée s’est achevée par une lecture par les comédiens Laurent Stocker et Sébastien Pouderoux de la Comédie-Française du montage La Cabale des « faux-monnayeurs en dévotion », autour du Tartuffe et de Dom Juan. Il s’agissait d’un montage de lettres d’époque, adressées ou écrites par Molière ainsi que de scènes des deux pièces évoquées ci-dessus, montage mis en œuvre par Agathe Sanjuan. Cette lecture dynamique, teintée d’humour et ponctuée des rires de l’assemblée constituée de chercheurs spécialistes, a été un moment de partage et d’illustration vivante de l’art de Molière.

La troisième journée du colloque « Retours sur Molière » débuta dans le Petit Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, abordant la réception et les recherches menées sur Molière au XIXe siècle et nous montrant que l’œuvre de Molière reste pour nous un livre ouvert. Tout d’abord, nous pouvons noter que la question de la moralité de l’œuvre de Molière a occupé une place importante. Claude Bourqui a introduit le débat par sa communication sur le Molière donné à voir par René Bray, soit le portrait d’un artiste bien plus que celui d’un moraliste. Ensuite Isabelle Calleja-Roque a insisté sur la malléabilité du concept de « moralité », par l’exemple des programmes scolaires. Il nous a été montré que l’œuvre de Molière avait pu être cataloguée comme dangereuse, bien que comique, par des éditeurs conservateurs, alors que le légendaire fondateur de la Comédie-Française était élevé en fer de lance par les républicains et les défenseurs de la laïcité à l’école. Le XXesiècle étant marqué par l’ouverture de la littérature aux autres sciences humaines, le colloque s’est poursuivi sur les lectures psychanalytiques de l’œuvre de Molière. David Schwaeger nous a ainsi présenté une lecture lacanienne des personnages des Molière dans les années 1960. Molière peut aussi être étudié par le prisme de l’organisation de sa troupe et dans le rapport qu’entretenait celle-ci avec l’Etat. Ainsi, Serge Proust a pris comme support le Molière d’Ariane Mnouchkine, pour esquisser la construction hiérarchique et sociale de la troupe de Molière. Enfin, dans sa communication, Frédéric Tinguely a peint un portrait moderne du Molière humaniste de Gérard Defaux, nous rappelant que la modernité passe toujours par la lecture des classiques.

Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin, dit le proverbe et de fait, nous fûmes nombreux à profiter d’un après-midi dans l’église éblouissante du Val-de-Grâce. Grâce à l’intervention de Jean-Claude Boyer, on put comprendre les connexions entre ce lieu emblématique et Molière, par la fresque de la voûte peinte par Pierre Mignard. Cela fut rendu vivant, car l’après-midi se déroula sous cette même voûte, nous permettant d’apprécier sa gloire. Un après-midi tout à fait théâtral, car la suite fut assurée par Clotilde de Bayser, sociétaire de la Comédie Française, qui donna lecture de La Gloire de Val-de-Grâce et du Remerciement au Roi, animée par l’acoustique de l’église. Ce moment rassembla tout et anima l’élément théâtral ; cette incarnation théâtrale fut bien sûr fondamentale pour ce colloque célébrant Molière. Cela planta le décor pour la journée suivante à Chantilly.

L’après-midi passée au château de Chantilly, dans la continuité de celle passée à l’église du Val-de-Grâce, a permis aux visiteurs de s’immerger dans un lieu rempli par le souvenir de Molière.  C’est effectivement là qu’est conservé son célèbre portrait réalisé par Pierre Mignard, que nous avons eu la chance d’observer guidés par la conservatrice générale du patrimoine Nicole Garnier. Cette présentation s’inscrivait dans une visite plus globale du château. Ainsi, tout en prenant connaissance de l’histoire de ce célèbre domaine où Molière a joué plusieurs de ses pièces, les visiteurs se rendaient compte des liens existant entre le célèbre dramaturge et certains autres artistes et mécènes de son temps. C’est d’ailleurs l’histoire du château et de ses propriétaires successifs qui peut expliquer la création de sa magnifique bibliothèque où Marie-Pierre Dion, conservatrice générale des bibliothèques, nous a présenté des documents d’archives inédits et des éditions rares de Molière. Parmi ceux-ci, des lettres évoquant l’écrivain ainsi que des éditions anciennes d’une grande partie de son œuvre. La journée s’est achevée par la conférence « Molière en visite » de Georges Forestier. Retraçant en partie le parcours de l’artiste au château, le professeur émérite et grand spécialiste du théâtre du XVIIe siècle a pu adapter son discours au public hétérogène qui l’écoutait, de sorte que les chercheurs autant que les Amis du musée Condé ont pu se rendre compte au mieux de la vie de la troupe de Molière à une époque donnée.

C’est probablement la diversité des lieux parcourus durant ce colloque qui dit le mieux la richesse de l’héritage de Molière. La Sorbonne et la Bibliothèque nationale de France manifestent l’importance de cet histrion dans la culture académique et la « République des lettres » du XVIIe siècle à nos jours. Inversement, la Comédie-Française rappelle que cet auteur de génie fut d’abord un homme de théâtre dont l’œuvre anime encore les scènes du monde entier. Enfin, le Val-de-Grâce et Chantilly témoignent de l’influence du politique dans l’art et dans les lettres mais surtout de sa possible fécondité. Ainsi, chacun de ces lieux nous révèle une facette du génie de Molière: homme de théâtre et homme de lettres, courtisan de génie et génie universel …

 

DomitileCampagna, Gautier Devaux, Ella Hardwick-Allan, Sophie Langouche et Héloïse Vasse


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search